You must enable JavaScript to see this text.

Rencontrez Starlett notre égérie 2021

Présentez-vous-en quelques mots ?

Je m’appelle Starlett, j’ai 24 ans, j’habite en banlieue parisienne et je suis étudiante en Marketing et Data Analytics. Je suis également l’égérie des Ateliers Crépus depuis avril 2021.

Quel est votre parcours capillaire ?

J’ai porté mes cheveux au naturel jusqu’à mes 10 ans. Depuis des vacances au Ghana, mon pays d’origine, ma mère a décidé de me faire défriser les cheveux. J’étais toute contente, car toutes les petites le faisaient et lorsque je les voyais je n’étais pas jalouse, mais je voulais avoir la même coupe. C’est un peu paradoxal, car je n’ai jamais eu honte de mes cheveux.
Puis c’est à 18 ans que j’ai décidé d’arrêter de défriser mes cheveux donc ça fait 7 ans maintenant. J’ai effectué une transition capillaire d’un an et lorsque mes cheveux sont devenus assez longs, j’ai fait mon big shop en coupant les pointes défrisées.

Quel a été le déclic de ce big shop ?

À vrai dire, il y a eu deux déclics. Je me suis d’abord dit qu’il était temps de retrouver ma vraie texture capillaire et le second a été lorsque j’ai remarqué que mes cheveux ne pouvaient plus supporter le défrisage. C’était donc par envie, mais aussi par besoin.

Désormais, quelle relation entretenez-vous avec vos cheveux ?

Lorsque j’ai commencé mon big shop, et je pense que c’est le cas d’une grande partie des femmes portant leurs cheveux au naturel, j’étais motivée, je voulais chouchouter mes cheveux avec pleins de produits pour qu’ils poussent et qu’ils soient en bonne santé. Mais après, il y a eu la période du « néant » : je n’avais plus envie de m’en occuper même si je les aimais, malgré les tonnes de tuto j’étais perdue, car je ne connaissais pas réellement mes cheveux et je n’effectuais pas les bons gestes et je n’utilisais pas les bons produits. Et ça, c’est un de mes gros regrets. Je n’arrivais pas à avoir une routine adaptée par manque d’informations. Je pense que mes cheveux auraient été nettement plus longs et en meilleure santé si j’avais su résoudre ces problèmes.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans vos cheveux ? Et donnez 3 mots pour les décrire ?

Je dirais longueur, souplesse et couleur, car ils sont bien noirs et faciles à coiffer. Je les aime énormément, mes cheveux sont tout simplement mon identité.

Qui a été une source d’inspiration pour vous en grandissant ?

En toute honnêteté, je pense que c’est grâce aux réseaux sociaux que j’ai eu le courage de faire mon big shop. Il y a 7 ou 8 ans, beaucoup de personnes ont décidé de retrouver leurs cheveux naturels grâce au big shop et en arrêtant entre autres les défrisages. Voir cette démocratisation du cheveu crépu m’a aidé, mais surtout poussé à avoir une réflexion sur moi-même : il fallait que je passe le cap en retrouvant mes cheveux naturels.

Que pensez-vous de la perception des cheveux crépus dans notre société actuelle ?

C’est compliqué. Si on compare à il y a une vingtaine d’années, il y a en effet une forte démocratisation du cheveu crépu. Mais malheureusement nous ne sommes pas encore à 100% de l’acception. Par exemple, au niveau du secteur de la coiffure ça ne l’est toujours pas. Si je vais chez un coiffeur lambda, je ne vais pas forcément trouver une personne qualifiée pour s’occuper de mes cheveux (elle ne saura pas diagnostiquer mon type de cheveux ou encore utiliser les soins adaptés).
Mais du côté des médias en général, on peut remarquer des changements. Je suis en alternance à l’Oréal, la marque essaye de faire de plus en plus de l’inclusion. Lors des animations vidéo, ils utilisent par exemple des personnes avec des afro. Et ça, c’est cool, car c’est de plus en plus « accepté » comparé à avant, les mentalités évoluent. Je vais toujours au travail en afro et tout le monde trouve ça super beau !

Pourquoi avoir participé au concours égérie des Ateliers Crépus ?

C’est une copine qui m’a fait découvrir la marque, elle m’a conseillé de tester les produits qu’elle trouvait efficaces. J’ai alors suivi la page Instagram des Ateliers Crépus et j’ai vu que la marque organisait un concours égérie. En toute honnêteté, je ne suis pas quelqu’un qui aime me montrer sur les réseaux sociaux donc j’ai envoyé l’annonce à mes copines pour qu’elles-mêmes postulent. Elles m’ont alors dit de participer, car je correspondais selon elles à ce que les Ateliers Crépus recherchaient. Je porte toujours mon afro et comme je l’ai déjà dit, c’est mon identité. J’ai tenté ma chance, je me suis dit que je pourrais parler de mon parcours capillaire et aider à normaliser les cheveux crépus. J’ai été surtout sensible au concept et à l’identité de la marque, mais j’ai pu aussi, à mon échelle, participer à son émergence.

Votre routine capillaire en 5 mots

Je n’ai jamais vraiment eu de routine capillaire, c’est grâce aux Ateliers Crépus que j’ai appris à utiliser les bons produits et appliquer des gestes précis. Avant je faisais des masques, des soins, des vanilles, etc. mais c’était vraiment de temps en temps. Désormais j’essaye de me faire des soins plus régulièrement et pour bien hydrater mes cheveux j’utilise de l’huile d’Aloe Vera, de Glycérine, mais aussi des poudres indiennes.

Selon vous, quel geste est le plus important pour prendre soin de nos cheveux crépus ?

Je pense que c’est le démêlage. C’est une étape hyper importante, car un mauvais démêlage peut avoir de grosses conséquences sur les cheveux. Il faut alors choisir le bon peigne, adopter la meilleure méthode pour ne pas les agresser, mais il faut surtout être patient.

Quels sont tes produits préférés de la gamme réparatrice cacao-hibiscus ?

J’adore tout particulièrement le masque, car à chaque fois que je le fais, mes cheveux sont doux, nourris et bien définis. Il y aussi la crème coiffante, car au-delà de la délicate odeur, je leur apporte une hydratation quotidienne.

Avez-vous remarqué un changement capillaire depuis que vous utilisez cette gamme ?

Mes cheveux sont nettement plus hydratés et c’était mon principal problème. À cause de leur sècheresse, ils n’étaient pas en bonne santé et je ne savais pas quoi mettre comme produit pour les hydratés. Désormais, le problème est réglé !

Avez-vous un coiffeur à recommander à Paris ?

Malheureusement non. Je n’ai jamais pensé à aller chez un coiffeur pour me faire des soins, car je considère qu’il y a trop peu de coiffeurs qui savent coiffer les cheveux crépus. Mais j’ai pu tester un coiffeur partenaires des Ateliers Crépus, Planète Beauté Coiffure. C’est la première fois que je me suis rendue chez un coiffeur pour prendre soin de mes cheveux crépus et j’ai adoré l’expérience.

Pour terminer, un conseil ou une phrase positive pour celles et ceux qui hésitent à passer le cap du retour au naturel ?

Le cheveu afro est beau, soyez en fier. Plus d’hésitation à avoir, désormais il y a des tas de conseils pour apprendre à s’occuper de ses cheveux crépus. Je ne suis pas contre les perruques, les coiffures protectrices etc, j’en fais aussi, mais il faut tout de même prendre soin de ses cheveux, c’est primordial.

Restez informé

Nos actualités en avant-première.
Découvrez les conseils et les offres exclusives Les Ateliers Crépus une fois par semaine.

Découvrez la routine
adaptée
pour vous !

D’autres articles qui vous plaîront

Laisser un commentaire

X